ACCUEIL

 

PRESENTATION

 

   REALISATIONS

 

LIENS

 

 

MAISON ROUGE - VILLEREUSE

A la fin du XVè siècle , le front oriental des fortifications de Genève (une muraille précédée d'un fossé) allait presque en ligne droite du couvent des Clarisses du Bourg-de-Four jusqu'au bord du lac, où s'élevait la Tour Maîtresse, construite en 1376, à l'intersection actuelle de la rue Robert-Estienne et de la rue d'Italie.

A l'extérieur s'étendaient des champs et des marais par trois voies parallèles qui ont donné naissance aux faubourg du Temple de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et au couvent de Saint-Victor, cité vers l'an 500 déjà.

Quant à Villereuse c'était le nom d'une ancienne Chapelle où l'évêque officiait quand il habitait au Pré-l'Evêque. Villereuse proviendrait de la combinaison de villa (maison) et d'un adjectif dérivé de orare (prier), eureus. C'était la "maison de prière". La Porte de Rive se trouve être à l'intérieur du système; elle se situait au bas de la rue Verdaine.

Quand, sous Louis XIV, reprirent les persécutions contre les protestants de France, l'afflux des réfugiés vers Genève obligea le conseil de la ville à diriger ces malheureux vers la Suisse, l'Allemagne et l'Angleterre. Mais peu à peu de nouveaux arrivants trouvèrent place en dehors des fortifications, le long des routes principales, non loin des portes.

Ainsi naquirent de nouveaux faubourgs, dont les plus importants surgirent aux Eaux-Vives, au bord du lac, et au Pré-l'Evêque, avec des manufactures de toiles peintes, dites "indiennes", des maisons d'ouvriers et d'artisans.

A l'époque cette bâtisse servait à l' hebergement des lépreux, elle fut peinte en rouge pour la différencier des autres bâtiments, et pour éviter que l'on s'approche de ce lieu contagieux.

Villereuse devint alors un carrefour où aboutissaient les routes de Chêne et de Vandoeuvre, devant la porte de Rive, et d'où partait une viabilité en direction des Tranchées, de Champel et de Plainpalais. Le contact avec la ville sera plus direct et se diversifiera davantage avec la démolition des fortifications en 1858.

 

 

 

Téléphone     022.736.67.70        Télécopie    022.736.99.36

Adresse postale    3, RUE ST-LAURENT  1207 GENEVE
 
Messagerie électronique   Informations diverses : henriodg@swissonline.ch